BACK TO LISTING

Pléthore d’ingénieurs en perspective

Jacqueline Hénard, December 14, 2012

C'est une phrase que l'on entend tous les jours: le manque de main d'oeuvre qualifiée est un risque majeur pour la croissance en Allemagne. Obsession anxieuse ou réalité? Au vu des chiffres publiés aujourd'hui par Destatis, office fédéral des statistiques, les industriels de la machine-outil, des biens d'équipement et des batiments n'auront pas de souci à se faire à moyen terme. Sur dix ans, le nombre des étudiants qui choisissent les matières mathématiques, scientifiques et d'ingénierie au sortir du lycée a crû de 61%. Une grande partie de cette augmentation a été inspirée par une campagne en faveur de ces disciplines lancée en octobre 2008 pour atteindre, en 2011, 225 000 étudiants nouvellement immatriculés. 

L'augmentation est particulièrement marquée pour la construction mécanique (première ligne, plus 95%) et pour le métier d'ingénieur de chantier (cinquième ligne, plus 109%). 

Les chiffres ont été présentés lors d'un bilan de dix années du processus de Bologna qui vise à harmoniser les systèmes universitaires européens et qui est particulièrement contesté en Allemagne pour toutes les filières qui, auparavant, menaient vers le titre de "Diplom-Ingénieur", titre presque aussi prisé que le "Doktor" dont le prestige garde une part de mystère en dehors de l'Allemagne.

Plusieurs éléments intéressants ressortent du bilan. 1. le volontarisme marche, puisque la campagne pro-MINT (mathématiques, ingénierie, sciences naturelles et technique) donne des résultats, 2. l'innovation a de beaux jours devant elle en Allemagne, même si un certain nombre d'étudiants qui se sont lancé dans des études scientifiques l'ont fait plus par considérations conjoncturelles que par passion et 3. l'ouverture à l'international progresse clairement. En 2011, 126 000 étudiants allemands faisaient des études à l'étranger (sur un total de ...), alors qu'en 2001, ils n'avaient été que 53 000. Inversément, le nombre d'étudiants venus de l'étranger atteint désormais 193 000 jeunes, alors qu'ils étaient moins de 150 000 il y a dix ans. 

Deux éléments encore qui mettent en lumière un changement profond du système universitaire: Le nombre de vacataires parmi le personnel einseignant a doublé en dix ans pour atteindre 35% du personnel. Cela peut signifier une plus grande précarisation dans un milieu traditionnellement constitué de fonctionnaires, tout comme une marche vers une formation plus proche de la réalité des métiers en fin de parcours d'études. Pour ce qui est du financement des études, on ne peut qu'être frappé par le fait qu'un tiers des moyens proviennent désormais de fonds levés par les enseignants. Un professeur des universités allemand lève désormais en moyenne 262 000 euros par an. 

Etudiants étrangers en Allemagne (jaune), et étudiants allemands à l'étranger (orange)étudiants étrangers en Allemagne (jaune), étudiants allemands à l'étranger (orange)

 

 

Fonds levés par filière (médecine, ingénierie, Agrosciences, mathématiques...)

levée de fonds par les professeurs d'université en Allemagne, selon les filières

Comments

Commenting is not available in this channel entry.