BACK TO LISTING

La pauvreté à l’aspartame

Jacqueline Hénard, November 29, 2012

Tous les quatre ans, le gouvernement allemand publie un bilan social, communément connu sous le nom „Armutsbericht“ – rapport sur la pauvreté. L’exercice n’est pas sans péril en amont des élections législatives. Car, en dépit des bons chiffres pour les exportations et l’emploi que l’on connaît, l’Allemagne doit faire face à une inégalité sociale qui va en augmentant.
Une première version du rapport circule depuis la mi-septembre. Certains éléments sont tout de suite sortis dans les titres: Le gouvernement réflechissait à une nouvelle source de „financement durable“ à prélever sur la fortune privée (qui est passé de 4,6 à plus de dix billions d’euros en vingt ans), rapportait ainsi la Frankfurter Allgemeine Zeitung. A plusieurs endroits, le rapport fondait ses analyses et propositions sur un présupposé de justice sociale. Ainsi, il constatait que les salariés à revenu modeste (40 pour cent en partant du bas) avaient vu leur rentrées rétrécir en termes réelles sur dix ans, contrairement au hauts et moyens revenus, pour en conclure que le risque de pauvreté liée représentait aussi un risque pour la cohésion sociale.
Le 19 décembre, le gouvernement va délibérer sur la version définitive du rapport...qui a été sensiblement édulcorée. Les bonnes nouvelles ont pris de l’ampleur, et les mauvaises sont enveloppés d’une langue de bois digne à figurer dans le pipotron. Tout ce qui pourrait laisser supposer une intention politique de réduire la part des emplois précaires au bénéfice d’emplois plus stables a simplement disparu du rapport. Et il n’y aura pas de résurrection du ISF, non, le gouvernement réfléchit comment atteindre une „motivation supplémentaire, à titre bénévol, pour l’engagement personnel et financier des personnes fortunées pour le bien commun“.
Les deux versions du rapport sont assez largement diffusées à Berlin pour que les modifications de la version II aillent à l’encontre de ce que les modificateurs voulaient atteindre. Elles sont ridicules. Une semaine avant Noel, le gouvernement se penchera sur une vérité à l’aspartame, et nul ne pourra l’ignorer.

Comments

Commenting is not available in this channel entry.